Autant les parents faisant l’école-maison que ceux dont les enfants fréquentent le système public de l’Ontario ont récemment pris les armes en réponse à la publication de la nouvelle mise à jour du programme de santé et d’éducation du gouvernement provincial. Le débat des deux côtés de l’argument a été très animé et s’est enflammé.

Nos membres, à la HSLDA, nous ont demandé si la mise à jour des programmes d’études et de santé s’appliquait à eux. La réponse courte et précise est non! Les familles provenant de l’école-maison ne sont pas tenues de se conformer à la nouvelle politique de l’éducation. Cependant, les parents membres de la HSLDA de l’Ontario devraient lire à tout le moins le programme afin de savoir ce que les écoles enseignent. Par ailleurs, les parents membres de la HSLDA ailleurs au Canada devraient, quant à eux, être intéressés à le lire pour savoir pourquoi le débat est si polarisé, ainsi que pour se préparer à ce qui pourrait être adopté à l’avenir dans leur propre province!

Documents du gouvernement:
Texte révisé de la mise à jour du programme pour le primaire
Texte révisé de la mise à jour du programme pour le secondaire

Peu importe ce que vous pensez par rapport au contenu de ce nouveau programme, cette mise à jour et le débat qui s’en est suivi apportent certaines questions et interrogations cruciales pour les familles de l’Ontario faisant l’école-maison et de celles pancanadiennes tout aussi bien.

Assurément, l’un des plus grands avantages de faire l’école-maison est la liberté de transmettre ses valeurs personnelles à sa famille. Quel que soit l’accent que vous voulez privilégier dans votre enseignement pour vos enfants, que ce soit religieux, éthique, culturel ou social, vous pouvez le faire librement. Ceci est un cadeau incroyable que les familles de l’école-maison ne doivent pas tenir pour acquis. Dans un message personnel, le président de la HSLDA, Paul Faris, nous rappelle ce grand privilège et les raisons pour lesquelles l’école-maison fonctionne bien pour sa propre famille. Écoutez ce mot d’encouragement personnel que vous pouvez visionner à en anglais.

Le foyer dans lequel on grandit est certainement le meilleur endroit pour discuter de sujets sensibles tels que nous trouvons dans la mise à jour du programme de santé et d’éducation de l’Ontario. En fait, le foyer familial est le meilleur endroit pour traiter d’enjeux sociaux actuels et de tendances, de commenter sur les nouvelles courantes et d’évaluer les normes culturelles actuelles. À la maison, nous avons la liberté de discuter avec nos enfants des détails de ces sujets, à mesure que nous les croyons prêts à traiter ce genre d’information.

Fait intéressant, il s’agit ici de l’avantage le plus souvent reproché dans les critiques émises du reste du Canada contre les familles faisant l’école-maison. Ces dernières sont souvent accusées « de vivre dans une bulle », « d’isoler leurs enfants », ou encore de les « surprotéger ». Toutefois, plus souvent qu’autrement, il s’agit d’une évaluation déloyale venant de leur part. Il n’en demeure pas moins, en tenant compte de l’actuel débat, qu’il devient extrêmement important pour les familles faisant l’école-maison au Canada d’incorporer intentionnellement à leur programme d’études un enseignement approprié au sujet de la santé. Il y a certainement beaucoup de liberté de choisir d’introduire ou de ne pas introduire certains concepts à certains âges. Cependant, lorsqu’on voudrait nous coller la réputation d’éviter ces sujets délicats, nous devrions nous assurer que nous sommes en train de mettre la barre plus haute que les écoles ne le font en termes d’éducation à la santé.

L’une des raisons pour lesquelles les écoles publiques interviennent et introduisent cette nouvelle matière est en raison des nombreux parents (parents-éducateurs ou non) qui n’enseignent pas du tout à leurs enfants la santé et la sécurité en sexualité. Au lieu de cela, les jeunes apprennent la sexualité au contact de leurs pairs et/ou d’autres sources. Ceci n’est certainement pas l’idéal pour de nombreuses raisons. C’est pourquoi le gouvernement ontarien est intervenu dans cet enjeu sensible et a joué le rôle des parents dans cette affaire délicate.

Encore une fois, cette nouvelle mise à jour ne s’applique pas aux familles faisant l’école-maison. Cependant, nous devrions l’utiliser comme une remise en question dans tous les domaines de l’éducation, nous assurant par le fait même que nos enfants reçoivent la bonne information au temps opportun et que nous ne laissions pas, au hasard, ces derniers découvrir ce qui les concerne. Si nous croyons qu’un énorme avantage de faire l’école-maison est de transmettre notre vision du monde à nos enfants, alors nous devrions effectivement faire en sorte que nous saisissions l’occasion de le faire adéquatement.

Autres textes sur notre blogue en anglais :

(Partie 1) Ontario Update, éducation à la santé et ce qu’elle signifie pour familles faisant l’école-maison.

(Partie 2) Le nouveau programme de santé de l’Ontario: Qu’enseigne-t-il vraiment?