Cultiver la générosité en famille

Mélanie Camirand

(Lecture de 6 minutes)

Nous savons tous que l’éducation va bien au-delà du domaine académique et du développement des compétences. Nous n’aspirons pas seulement à faire croître des cerveaux, mais bien des êtres entiers. « Le savoir multiple n’enseigne pas la sagesse », écrivait Héraclite, mais « le caractère d’un homme fait son destin », exprimait Démocrite. En effet, le développement du caractère aura une grande incidence sur la vie entière de nos enfants et c’est pourquoi il revêt une grande importance. Cependant, cet aspect de l’éducation n’est pas aussi facile que nous le souhaiterions. Il ne suffit pas en effet d’en connaître la théorie: il faut apprendre à le mettre en pratique, à en faire une habitude… et cela commence naturellement par l’exemple. Il nous faut développer un bon caractère et présenter ainsi un modèle inspirant à nos enfants, sans quoi ils réaliseront tôt ou tard que nous tentons de leur enseigner quelque chose que nous ne mettons pas nous-mêmes en pratique. Cela requiert aussi de la patience car il s’agit d’un long processus que nous tentons d’intégrer à notre quotidien. Chaque trait de caractère est comme une plante délicate que nous cultivons chez nos enfants. Avec des soins, de l’encouragement et de l’amour, elle finira par croître, s’épanouir et fleurir. Nous devons donc saisir toutes les occasions disponibles pour favoriser cette croissance. Et justement, à l’approche de Noël, il y a de multiples occasions de cultiver certains traits de caractère parmi les plus importants, dont la générosité et le don de soi. Je me propose donc de vous citer quelques-unes de ces opportunités.

Aider les démunis

soup kitchen helping others in need

Dans notre société, aider les gens dans le besoin pendant le temps des fêtes est un classique qui fait partie de nos moeurs. Mais pourquoi ne pas en faire un projet familial? Nous pouvons être bénévoles pour la Guignolée, dans une soupe populaire ou un repas communautaire de notre municipalité. Nous pouvons inciter les enfants à se départir de certains jouets au bénéfice d’autres enfants moins fortunés qu’eux. Nous pouvons aller distribuer des couvertures, manteaux, mitaines, tuques et foulards aux sans-abris et peut-être même les tricoter s’il y a de petites mains habiles dans la famille. Si nous n’avons pas de tels items en surplus, il est aussi possible de demander autour de vous ou d’en acheter à peu de frais dans les bazars, ventes d’églises ou friperies. Vous ne perdez rien à leur parler de votre projet et peut-être vous fileront-ils gratuitement quelques invendus qui auraient éventuellement pris le chemin de la poubelle! Une autre façon d’apporter du soutien aux démunis peut être d’offrir du répit à une maman monoparentale ou à un aidant naturel du quartier qui n’a pas les moyens de s’en offrir. Si nous connaissons personnellement une famille dans le besoin, nous pouvons lui concocter nous-mêmes un beau panier de Noël rempli de douceurs.

Au niveau international, il est possible d’envoyer des boîtes cadeaux aux enfants défavorisés grâce à l’Opération enfant de Noël (https://www.boursedusamaritain.ca/operation-enfant-de-noel/). J’aime bien aussi le catalogue de Noël de Gospel for Asia (https://www.gfa.ca/cadeau/), car il permet d’acheter des choses concrètes pour les familles pauvres d’Asie, qu’il s’agisse d’animaux pour se nourrir ou en faire l’élevage, d’outillage agricole, de couvertures, d’une machine à coudre pour se créer un métier, etc. Ça peut aussi être de contribuer à l’achat d’un puit qui abreuvera tout un village. Il y a beaucoup de façons de soulager la misère humaine et d’en faire un beau projet familial. De plus, ce genre de projets aide aussi à prendre conscience qu’au-delà de cette période des fêtes, les gens expérimentent les mêmes difficultés tout au long de l’année.

Soulager la solitude

Pour la majorité des gens, Noël est synonyme de réjouissances, mais pour plusieurs, cette fête ne fera qu’accentuer leur solitude. Il y a alors plein de gestes qui ne coûtent rien et qui peuvent apporter beaucoup de bonheur. Ça peut être de préparer un mini concert de chants ou une courte pièce de théâtre pour un foyer de personnes âgées ou un centre de soins de longue durée. Pourquoi ne pas prendre le temps de discuter avec une voisine âgée ou de lui rendre visite? Invitez-la à souper ou à jouer aux cartes. Il y a aussi cette personne malade dans le voisinage qui n’est plus capable de sortir de chez elle : apportez-lui des biscuits, offrez de lui rendre service, mettez un sourire dans sa journée. Il y également ceux qui ont perdu un être cher dans la dernière année et à qui Noël ne renvoie que l’écho du vide. Prenez le temps de les écouter, de les soutenir, de leur changer les idées. Il y aussi les immigrants qui ont peut-être laissé leur famille derrière. En s’impliquant auprès d’organismes d’intégration aux immigrants, il peut être possible d’inviter un nouvel arrivant à partager nos festivités. C’est d’ailleurs une initiative qu’ont pris de tels organismes à l’Île-du-Prince-Édouard, appelant la population à inviter un immigrant à sa table de Noël. Mais rien ne nous empêche de prendre les devants ici! Si vous connaissez quelqu’un qui est seul à Noël, qu’il s’agisse d’un nouvel arrivant ou pas, n’hésitez pas à l’inviter à votre table. Il est possible de soulager la solitude une personne à la fois!

Embrasser les différences

helping others pictures of two young boys in the snow

Une bonne façon d’apprendre le don de soi est d’inciter les enfants à oublier momentanément leurs désirs personnels pour faire de la place aux gens différents qui les entourent. Peut-être que le petit cousin autiste, trisomique, handicapé, malentendant ou aveugle n’arrive pas à comprendre ou à suivre les divers jeux qui battent leur plein pendant le temps des fêtes. Et les enfants n’auront pas tendance, d’emblée, à fournir les efforts nécessaires pour les inclure. C’est pour nous une excellente occasion de leur enseigner l’ouverture sur les autres, de leur apprendre à se placer dans les souliers des autres, qui eux aussi ont envie de s’intégrer à la fête. En chemin, vos enfants découvriront ainsi toutes les belles choses que ces personnes uniques ont à offrir.

Offrir l’amour en cadeau

Ramenons nos enfants à l’essentiel de Noël, cette célébration ancestrale que notre société a malheureusement transformée en une fête de consommation centrée sur soi. Partageons du bon temps en famille, plein de rires et d’amour. Profitons-en pour approfondir nos relations, pour se dire qu’on s’aime, pour exprimer aux autres ce qu’on apprécie d’eux. Fabriquons-nous des souvenirs durables de jeux partagés, d’histoires racontées, de fous rires enneigés. Et petit à petit, tout en développant leur caractère, nos enfants découvriront qu’il y a bien plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

Share this post --- Partagez cette publication