Par Rachel Horrocks.
Traduit par Jean Jr. Landry.

À l’âge de sept ans, je n’avais aucun intérêt à faire l’école-maison. J’avais aimé ma première année à l’école publique, où j’avais des amies qui partageaient de leurs collations et un professeur qui me permettait de terminer les classes de maths plus tôt et d’écrire des histoires. Alors lorsque Maman m’a dit que j’allais débuter la deuxième année à la maison, j’étais loin d’être enthousiaste.

Aujourd’hui, près de seize ans plus tard, je ne pourrais être plus heureuse que mes parents aient pris la décision de faire l’école-maison à moi et à ma fratrie. Finalement, l’école-maison était encore meilleure que l’école publique pour me donner la chance de découvrir des matières que j’aimais et pour plonger plus en profondeur dans les sujets qui me passionnaient réellement.

Pour notre famille, faire l’école-maison a permis de développer un amour de l’apprentissage plutôt que de mémoriser une liste arbitraire de faits et de formules. Pendant la plus grosse partie du primaire, et plus spécialement au cours des premières années, il n’y a aucun besoin de faire des examens, d’avoir des notes ou même dans bien des cas d’avoir recours à un curriculum formel. Bien que certaines matières telles que les maths soient probablement mieux enseignées en utilisant une série de manuels scolaires, la plupart des autres matières fonctionnent souvent mieux avec une approche plus naturelle et spontanée. Par exemple, nous avons appris la géographie en écoutant une cassette de chansons vraiment accrocheuses et avons étayés notre vocabulaire anglais en regardant des films dans cette langue.

Il est impossible de surestimer la valeur qu’ont les livres pour l’école-maison, qu’ils viennent de votre collection personnelle ou d’une sympathique bibliothèque locale. Plusieurs bibliothèques donneront aux parents-éducateurs des cartes de membres pour professeurs, ce qui vous permet d’emprunter plus de livres et pour une plus longue période. Un bon ensemble d’encyclopédies est aussi fantastique pour permettre à vos enfants d’explorer un sujet par eux-mêmes, sans les dangers potentiels que présente Internet.

Quoique l’école-maison offre une bonne marge de souplesse, un horaire rudimentaire peut aider à fournir à votre famille une routine et donner à vos enfants une idée des matières à venir. Nous avions l’habitude d’utiliser un horaire en papier divisé en segments de quinze minutes, sur lequel les différentes activités étaient collées à l’aide de papiers Post-It colorés. Chez les enfants plus âgés, leur permettre de contribuer à l’élaboration de leur horaire (ou même leur permettre de créer le leur) leur donne le sentiment de s’approprier leur éducation tout en leur enseignant la gestion du temps.

Pour ce qui est des sujets un peu moins académiques, un des avantages de l’école-maison est de pouvoir interrompre les heures d’école et profiter des activités qui se déroulent dans votre ville telles que des concerts ou de profiter des rabais de jour au centre sportif. Notre université locale était l’hôte de récitals gratuits les vendredi midi, où nous avons développé le goût de la musique classique (et avons appris comment empêcher nos sièges de grincer pendant toute une heure). La piscine publique près de chez nous ainsi que la pente de ski offraient également aux parents-éducateurs des rabais pour groupes scolaires.

Ne soyez pas découragés si votre enfant résiste à certaines matières ou activités. Rétrospectivement, les exercices que j’aimais le moins étaient souvent ceux qui ne me sont devenus les plus utiles; l’idée de Maman de nous demander de lui narrer des histoires n’était certainement pas la populaire sous notre toit. Mais elle m’a permis d’acquérir des aptitudes en compréhension et en analyse qui m’ont été d’une aide inestimable pendant mes études universitaires.

Cela dit, un des avantages de l’école-maison est de permettre d’essayer de nouvelles approches; je n’aimais pas apprendre l’épellation et la grammaire à partir de manuels mais n’avait aucune difficulté à acquérir ces compétences en lisant des romans. Le simple fait que votre enfant n’apprécie pas un programme en particulier ne signifie pas qu’il n’apprend pas. Mais il n’y a aucune raison de passer laborieusement à travers un curriculum lorsqu’il pourrait acquérir les mêmes compétences ailleurs d’une façon plus naturelle.

Ultimement, l’école-maison vise plus à encourager votre enfant à aimer l’apprentissage qu’à lui enseigner des faits ou des compétences en particulier. Les programmes, les livres, les excursions, les groupes de soutien…toutes ces choses ne sont que des moyens pour en arriver à une fin : élever vos enfants pour qu’ils deviennent des individus équilibrés ayant la capacité et la motivation d’être proactifs et d’apprendre tout ce qu’ils ont à savoir.