Le pouvoir de l’école-maison intentionnelle

par Sharon Beattie 

Une liste impressionnante de réalisations comme celles-ci :

  • deux recueils de nouvelles publiés;
  • les publications électroniques de deux nouvelles;
  • deux entrevues télévisées publiques;
  • deux lancements de livres;
  • lecture publique dans un parc;
  • présentation d’un poème original commandé,

— ça serait impressionnant pour tout adulte.

Mais Anna Abdulla a huit ans.

Ce qu’elle a accompli témoigne du pouvoir de l’école-maison.

La mère d’Anna, Ann, a d’abord remarqué l’amour d’Anna pour les mots et sa capacité de langage quand elle avait environ trois ans. Elle a tout fait pour nourrir ça. Ann croit que la lecture et la création d’histoires ont nourri l’imagination d’Anna et ont approfondi son plaisir de raconter des histoires.

« Anna inventait toujours des histoires et certaines d’entre elles étaient bonnes! » explique Ann. Alors, elle a commencé à les mettre sur papier.  

Le parcours vers les œuvres publiées

Ann a remarqué l’appel de The Canadian Schoolhouse pour des soumissions d’histoires et a pensé que ce serait quelque chose qu’Anna apprécierait. L’histoire d’Anna, « Stumbling Upon a Family, » a remporté le premier prix du concours Schoolhouse et a été publiée dans un recueil d’histoires intitulé Animal Adventures. Anna a remporté ce concours une deuxième fois avec son récit de fiction, « Journey Back in Time ».

L’écriture d’histoires hebdomadaires est devenue une partie du programme de l’école-maison d’Anna. « Vous ne savez pas si vous avez un auteur à moins de leur donner l’écriture à faire, » dit Ann. Anna a trouvé l’inspiration pour ses histoires dans ses expériences de vie. Bientôt, Ann a commencé à chercher une maison d’édition et est tombée sur One Thousand Trees, une entreprise de Guelph, qui a publié la collection d’histoires d’Anna.

Quand un animateur de talk-show local a entendu parler du livre publié par Anna, il l’a invitée à son émission. Ann n’avait aucune idée de comment Anna se débrouillerait dans une entrevue télévisée en direct, mais Anna était confiante et articulée. Ann a alors réalisé qu’Anna était vraiment douée pour parler en public. Par la suite, la chaîne de télévision a donné les coordonnées d’Anna à une autre émission de télévision et elle a été invitée à faire une deuxième entrevue publique. Elle a maintenant eu cinq occasions de prendre la parole en public, y compris une lecture publique dans le parc en collaboration avec une organisation ougandaise de soutien aux orphelins. « Nous avons pu aider huit enfants sans abri à se procurer de la nourriture chaude et une maison où vivre. Ça me rend tellement heureuse! Je pourrais vous en parler à longueur de journée, ça me rend tellement heureuse. »

Clairement, elle est non seulement une auteure, mais aussi une personne au grand cœur.

Éducation et expériences intentionnelles

Ann implique délibérément Anna dans des conversations avec des adultes, comme le fermier Tim d’à côté, et d’autres personnes de tout âge. Ann croit que si Anna a la possibilité de socialiser avec différents groupes d’âges, elle sera exposée à un vocabulaire plus large et à des idées plus complexes.

Anna and her family

« L’école-maison est ce que j’appellerais une éducation intentionnelle, » explique Ann. « À l’instar des militaires qui élaborent des stratégies, j’élabore des stratégies pour faire croître et enflammer les choses qu’elle souhaite atteindre à l’avenir. »

Réalisant combien il est crucial d’exposer Anna à autant de sujets que possible afin qu’elle puisse continuer à découvrir des forces et des intérêts, Ann a créé un programme riche pour Anna. Elle intègre divers sujets tels que le piano, l’hébreu, l’étude de la Bible, la littérature anglaise, l’espagnol, le français, l’écriture cursive, ainsi que les leçons de chant, et elle s’assure que sa fille passe beaucoup de temps à l’extérieur.

Anna croit qu’inclure l’étude de la littérature dans son programme a été utile pour construire ses histoires. « J’aime vraiment le dialogue parce que ça rend les histoires plus captivantes, explique-t-elle. Vous pouvez entendre le point de vue du personnage plutôt que celui du narrateur ».

 Lorsqu’on lui demande quel conseil elle donnerait à d’autres parents qui font l’école-maison, Ann leur suggère de passer du temps à observer ce vers quoi leurs enfants gravitent naturellement. « Quelle que soit leur force, vous les verrez y aller encore et encore. »

Les yeux d’Anna dansent avec enthousiasme alors qu’elle offre des mots d’encouragement aux autres élèves de l’école-maison : « Si vous n’avez pas la force, si c’est difficile pour vous de le faire, commencez, c’est tout. Faites de votre mieux. Prenez de la peine. Faites des efforts. 

En tant que parents faisant l’école-maison, nous aimons entendre des histoires d’élèves scolarisés à la maison qui réussissent. Ces histoires ne servent pas seulement à nous inspirer, mais elles nous revigorent pour aller de l’avant avec une plus grande détermination et la confiance que nous sommes capables de bien éduquer nos enfants et que nous avons choisi le meilleur pour eux. Le succès public pour une camarade d’école-maison signifie que les gens dans notre vie qui remettent en question la sagesse de notre choix peuvent, peut-être, voir que l’école-maison peut produire l’excellence chez nos enfants.