By Geneviève Codere

Je m’appelle Geneviève, suis mariée à Alex, un canado-costaricien et nous avons quatre enfants, tous éduqués à la maison ou plutôt avec nous puisque nous habitons rarement une maison pour une longue période. Éliane a maintenant 12 ans. Elle a d’abord fréquenté une école Montessori au Costa Rica pour sa maternelle alors que son frère Lou, âgé aujourd’hui de 9 ans y était pour le préscolaire. Nous avons ensuite choisi de leur éviter le stress de performance exigé des jeunes au Costa Rica dès leurs études primaires en les retirant du système scolaire. Mika 7 ans et Akim 4 ans n’ont jamais mis les pieds dans une école.

Nous sommes souvent déménagés entre le Costa Rica et le Canada, et nous avons habité de nombreuses maisons au fil des ans. Nos enfants trouvent leur stabilité dans l’unité de notre famille et semblent aimer s’adapter à chaque nouveau milieu. Quand nous sommes au Québec, nous sommes très actifs dans les groupes de soutien et les activités d’école-maison.

En janvier dernier nous avons tout vendu pour voyager léger, explorer le monde et ainsi offrir une éducation unique à nos enfants, une éducation qui nous convient. Il y a très peu de livres dans nos bagages, peu d’heures consacrées à des études formelles, mais bien d’autres expériences culturelles. Je subviens aux besoins de notre famille en étant traductrice (mes clients sont un peu partout sur la planète) alors qu’Alex s’occupe davantage des enfants, tout en offrant des formations holistiques quand l’occasion lui est offerte.

Contrairement à des vacances annuelles où les voyageurs programment des excursions, des visites de musées et des activités extraordinaires tous les jours, nous voyageons lentement et vivons simplement comme les locaux, partout où l’on va. On mange ce qui est typique et disponible (à la maison surtout), on marche beaucoup, on participe aux festivités locales, on encourage le commerce local et nos routines changent avec chaque pays. On s’adapte à ce qui est disponible. Au Nicaragua, la bibliothèque locale avait un livre extraordinaire pour expliquer la science aux enfants. Ils ont donc surtout eu des cours de science pendant ce mois. Les enfants ont des activités de groupe, mais ils aiment aussi créer des liens entre eux et s’inventer de nouveaux jeux.

Nous avons visité des amis et de la famille au Costa Rica en janvier, avons découvert un village de pêcheurs transformé en pôle touristique au Nicaragua en février et vivons présentement au Guatemala. Nous sommes fascinés par la culture maya qui y est toujours vivante et authentique. La péninsule du Yucatan au Mexique nous attend pour mai et juin avant de nous envoler vers le Québec pour faire le plein d’amitiés et d’activités d’école-maison pendant quelques mois.

Notre mode de vie sort certainement du moule, mais il répond à nos besoins de découvertes et de liberté. J’espère pouvoir ainsi explorer chaque continent, permettre aux enfants de comprendre le monde et être ouverts aux nouveautés.