L’élaboration de votre programme scolaire

L’élaboration de votre programme scolairepar Jean jr. Landry

(Lecture de 6 minutes)

Magnifying glass

Maintenant que vous avez une idée générale de la forme que prendra votre école-maison, il est temps de se pencher sur le contenu de votre programme scolaire. À ce chapitre, l’article 4 du Règlement sur l’enseignement à la maison offre aux parents deux options :

1. Suivre le Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ), tel qu’il est enseigné dans le réseau scolaire;

2. Choisir ou élaborer votre propre programme de formation.

Afin de tirer profit du plein potentiel de l’école-maison, la plupart des parents éducateurs optent naturellement pour la deuxième option. Ils peuvent ainsi adapter leur programme aux besoins et à la personnalité de leur enfant. Dans ce cas, le Règlement impose néanmoins certaines exigences qu’il est essentiel de garder à l’esprit au moment de choisir ou élaborer votre programme:

1. Votre programme doit inclure les cinq matières suivantes :
    • Français
    • Anglais
    • Mathématiques
    • Science et technologie
    • Univers social (Géographie, histoire et éducation à la citoyenneté)

Ces cinq matières forment le coeur de votre programme mais bien sûr, vous voudrez y ajouter d’autres matières et activités qui vous permettront d’offrir à votre enfant une expérience éducative de qualité. Vous pourrez y inclure, par exemple, de l’activité physique, des arts, de la philosophie, de l’enseignement moral ou religieux, etc. Mais les cinq matières ci-dessus sont les seules pour lesquelles vous aurez à faire un suivi avec la Direction de l’enseignement à la maison.

2. Le contenu de votre programme doit viser les mêmes objectifs que ceux que l’on retrouve au PFEQ.

Quels que soient les programmes, méthodes, activités, manuels et matériel que vous choisissez, vous devez viser les mêmes connaissances et compétences qui sont prévues au PFEQ pour chaque cycle scolaire. À titre de rappel, les 5 cycles scolaires sont les suivants:

    • 1er cycle du primaire (1ère et 2e année)
    • 2e cycle du primaire (3e et 4e année)
    • 3e cycle du primaire (5e et 6e année)
    • 1er cycle du secondaire (1er et 2e secondaire)
    • 2e cycle du secondaire (3e, 4e et 5e secondaire)

Vous pouvez donc transmettre la matière de la façon et dans l’ordre qui vous conviennent, dans la mesure où, au terme d’un cycle, votre enfant a vu les mêmes notions que l’enfant du réseau scolaire qui se situe au même cycle.

Si, par exemple, votre enfant débute sa première année du primaire, rien ne vous empêche d’attendre l’année suivante pour lui enseigner certaines notions qui sont prévues cette année-ci au programme officiel, puisque la 1ère et la 2e année font partie du même cycle. Cela peut s’avérer utile, entre autres, lorsque votre enfant ne semble pas prêt à assimiler certaines notions. Et à l’inverse, libre à vous de devancer le programme officiel  en intégrant, cette année-ci, des notions prévues seulement en deuxième année ou même plus tard dans le programme officiel. L’important et qu’au terme du premier cycle, c’est-à-dire à la fin de sa deuxième année, votre enfant ait vu la même matière que l’enfant qui va à l’école et achève également sa deuxième année. Et il en va de même pour chaque cycle subséquent.

Les objectifs généraux du programme officiel

Même si vous n’avez pas à lire et assimiler toutes les notions et le jargon du PFEQ, il demeure nécessaire d’en comprendre l’essence afin de mieux comprendre les lunettes à travers lesquelles le ministère évaluera votre projet d’apprentissage. Résumons donc quelques principes-clés du programme utilisé dans le réseau scolaire :

LA MISSION DU PROGRAMME OFFICIEL

À l’image du PFEQ, votre projet d’apprentissage doit avoir pour mission d’instruire, socialiser et qualifier votre enfant :

    • L’instruction consiste bien sûr à viser les mêmes objectifs pédagogiques que le programme officiel afin que le bagage de connaissances de votre enfant, au terme de son parcours scolaire, soit comparable à celui des enfants qui fréquentent le réseau scolaire.
    • La socialisation consiste à donner à votre enfant l’occasion d’interagir avec d’autres et de développer ses aptitudes interpersonnelles. Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas tant la multiplication des contacts sociaux qui importent ici mais surtout leur qualité. Car c’est cette qualité relationnelle qui permettra à l’enfant de s’intégrer harmonieusement à la société. La socialisation implique également une ouverture sur le monde et une juste compréhension de sa réalité.
    • La qualification consiste à planifier le parcours scolaire de votre enfant de façon à ce qu’il soit bien préparé au marché du travail. Cet aspect devient particulièrement important lorsque l’enfant progresse vers la fin du secondaire et que son choix de carrière se dessine de plus en plus clairement.  Vous devez alors vous assurer qu’il aura le bagage et les résultats scolaires requis pour faire la transition vers des études postsecondaires ou vers un métier.
LES COMPÉTENCES TRANSVERSALES

La réforme de l’éducation qui a vu le jour au Québec dans les années 90 a mis l’accent sur la notion de compétence transversale. Même si le terme était alors relativement nouveau, il désignait une réalité de l’apprentissage qui existe depuis toujours : les compétences transversales sont simplement des compétences générales qui peuvent être utilisées dans plusieurs domaines d’apprentissage.  Par exemple, se donner une méthode de travail est une compétence transversale qui est utile aussi bien en français,en mathématique, qu’en science. De même, exercer son jugement critique est une compétence importante pour l’étude du français, de l’histoire ou de l’enseignement moral et religieux. Les compétences transversales se distinguent donc des compétences disciplinaires qui, elles, sont propres à un domaine d’apprentissage donné, comme la conjugaison ou la multiplication.

Bien que les compétences transversales ne soient généralement pas nommées dans un projet d’apprentissage, la Direction de l’enseignement à la maison voudra s’assurer qu’elles auront un terreau propice pour s’y développer. Votre approche éducative  et le choix de vos activités éducatives joueront ici un grand rôle. Par exemple, coopérer faisant partie des compétences transversales d’ordre social, vous ne voudrez pas que votre enfant n’apprenne que par le lecture. Vous vous assurerez de prévoir des activités pratiques où il doit interagir et coopérer, que ce soit avec ses frères et soeurs ou avec d’autres enfants de votre groupe de soutien.

_______

Dans le prochain article, nous nous attarderons aux apprentissages prévus dans le programme officiel pour chacune des cinq matières obligatoires mentionnées plus haut. Vous pourrez ainsi vous assurer que votre projet d’apprentissage couvre l’ensemble des compétences disciplinaires visées par le ministère.

 

Share this post --- Partagez cette publication