L’école-maison est légale, alors pourquoi y a-t-il des conflits?

Puisque l’école-maison est une option éducative valide, légale et éprouvée, il semble absurde qu’il puisse exister le moindre conflit avec les autorités scolaires. Le degré de conflit peut varier selon l’école, la commission scolaire, la situation familiale, la province et même l’année. Et le Québec a tendance à avoir plus que son lot de conflits entre les familles qui font l’école-maison et les autorités scolaires. Alors donc, comment pouvez-vous savoir de quelle façon composer avec ces exigences variées?

La première chose à connaître, ce sont vos droits. Les parents à travers le Canada ont le droit de faire l’école-maison et le font pour une myriade de raisons que nous n’avons pas à exposer ici. Vous choisissez la voie éducative qui convient le mieux à votre enfant. Vous avez également le droit de choisir le curriculum qui est le mieux adapté à votre enfant et le type d’évaluation qui correspond le mieux à ce choix.

L’autre chose à connaître, ce sont vos obligations. Ces dernières varient d’une province à l’autre alors l’idéal est de vérifier auprès de la HSLDA et/ou auprès de votre association provinciale si vous n’êtes pas certain. Au Québec, la loi n’étant qu’une bribe de texte plutôt vague (soit l’article 15.4 de la Loi sur l’instruction publique), elle représente une épée à deux tranchants puisqu’elle permet une grande liberté tout en ouvrant la porte à des conflits majeurs. Une partie des tensions provient de la perception personnelle des autorités en question, qu’il s’agisse des administrateurs de la commission scolaire ou des directeurs d’école. Certains possèdent au moins une connaissance élémentaire et même une vision positive de l’école-maison, alors que d’autres n’ont rien de tout cela. Si un préjugé négatif s’ajoute à une législation floue, les autorités ne savent souvent pas comment traiter l’école-maison. Combinez cette confusion à des relations moins qu’amicales entre les parents et l’école…et vous obtenez une situation potentiellement explosive.

Cela étant dit, la HSLDA excelle lorsqu’il s’agit de trouver des solutions réalisables et de maintenir autant que possible de bonnes relations avec les écoles et les commissions scolaires. Nous aidons également les parents à connaître les bonnes procédures à suivre selon les différents scénarios qu’ils peuvent rencontrer. C’est pourquoi nous demandons à nos membres de nous tenir informés des lettres, courriels et appels échangés entre eux et les autorités scolaires. Vaut mieux prévenir que guérir.

Voici quelques-unes des préoccupations les plus fréquentes:

  1. Le directeur me demande d’aller le rencontrer et de signer des documents

– Demandez-lui de vous les envoyer afin que vous puissiez y jeter un œil. Il est tout à fait raisonnable de prendre le temps de lire toute chose avant d’y apposer votre signature. Lorsque vous recevez les documents, communiquez avec la HSLDA. Ce qui viendra par la suite dépendra de ce qui se trouve dans ces documents.

  1. Le directeur me demande d’aller le rencontrer afin de discuter de mon projet d’école-maison

– Si vous vous sentez un peu nerveux ou incertain avant une telle rencontre, sachez que c’est normal. Sentez-vous à l’aise de communiquer au préalable avec nous. Lorsque vous débutez l’éducation à domicile, une brève rencontre est acceptable. Après cela, il ne devrait pas être nécessaire de rencontrer les autorités scolaires plus d’une fois par année, généralement à la fin de l’année dans le cadre d’une évaluation. La règle générale à suivre lors d’un entretien avec le personnel de l’école est de prendre des notes et de ne rien signer sur-le-champ. Dites-leur que vous allez considérer ce qu’ils vous proposent et que vous leur reviendrez après avoir consulté votre association d’école-maison. Puis contactez la HSLDA afin que nous puissions vous proposer le meilleur plan d’action à suivre en fonction de votre situation.

  1. Est-ce que les parents éducateurs ont à transiger avec l’école ou la commission scolaire?

– Cela varie également, dépendamment du mode de fonctionnement de la commission scolaire. Si vous n’êtes pas certain, il est préférable de communiquer avec nous, puisque nous sommes devenus familiers avec les différentes commissions scolaires. Nous cherchons la manière de coopérer la plus harmonieuse possible afin que vous puissiez faire l’école-maison d’une façon paisible mais efficace.

  1. Que dois-je dire si le directeur ou l’administrateur de la commission scolaire me téléphone?

– Faites ce que toute personne occupée ferait. Dites-leur que vous êtes très occupé en ce moment mais que vous pouvez prendre le message et les rappeler. Cela vous permet de réfléchir en ayant les idées claires. Pendant ce temps, appelez la HSLDA afin que nous puissions discuter des questions qui sont en jeu.

En résumé, il est généralement préférable de ne pas réagir immédiatement. Prenez connaissance calmement de la requête, de la question ou des documents qui vous sont soumis, puis informez la HSLDA afin que nous puissions discuter de la meilleure action à prendre, s’il y a lieu, pour votre famille. Nous sommes là pour vous aider à réussir.